lexique du généalogiste

, arbre généalogique, vocabulaire généalogie, recherche généalogique

Revenir
à l'accueil

 

Visiter
l'arbre

 

Nous
contacter

 

Fiches individuelles

 

Qui a créé l'arbre ?

 

Plan
du site

Lexique généalogique

(de E à L)

 

<<<<   voir de A à D   >>>> <<<<   voir de M à V   >>>>
 


edit d'Henri II : édit datant de 1556 obligeant les mères célibataires et les veuves à déclarer leur grossesse, ces déclarations forment les cahiers de grossesse, conservés aux Archives départementales en série B.

empêchement de parenté au mariage : interdiction du mariage en raison d'une parenté entre les conjoints éventuels jugée trop proche par la loi

endogamie : situation où les mariages se font exclusivement ou surtout entre les membres d'un même groupe (familial, social, ethnique...). Mariage à l’intérieur du groupe de parenté.

enfant naturel : né de personnes non mariées (et dont souvent la mère seule est connue)

enfant légitime : se dit d'un enfant né de parents unis par les liens du mariage (on dit aussi légitime et naturel).

enfant reconnu : un des parents reconnaît être l'auteur (ou enfant reconnu par le père et parfois par la mère, quand il est naturel ou adultérin)

enfant légitimé : le mariage valide la paternité voire la maternité. C'est un enfant illégitime (en général né de père "non dénommé", c'est le nom officiel pour père inconnu) qui, lors du mariage de l'un de ses deux parents (en général sa mère), est reconnu comme légitime par l'autre (en général le mari).

enfant trouvé : sans filiation connue et trouvé. Enfant dont on ne sait rien qui a été trouvé, soit dans une église ou un "tour" de couvent ou n'importe où (généralement enfant abandonné)

enfant adultérin : enfant né d'un rapport extra-conjugal, d'un adultère. L'expression a disparu du Code Civil et est remplacée par "enfant naturel"

enfant mort-né : mort à la naissance ou avant la naissance, pas toujours déclaré (sous l'ancien régime), on déclare rarement si c'est un garçon ou une fille et bien entendu n'a pas de prénom.

épitaphier : recueil des épitaphes ou des relevés funéraires.

état civil : 1792 - 20/25 septembre : création de l'Etat civil moderne. Ensemble des actes de naissance, mariage et décès (NMD) depuis 1792, date à laquelle cette tâche fut laïcisée. La tenue des registres est enlevée aux prêtres et remise aux Municipalités, création des tables annuelles et décennales, mention des profession, âge et domicile des défunts sur les actes de décès.

o       1334 - Le registre paroissial le plus ancien de France (Givry en Saône et Loire)
o       1539 - Ordonnance de Villers-Cotterets : Institution des registres de baptêmes avec indication du nom du père
o       1563 - Concile de Trente : Mention des noms des parrain et marraine
o       1579 - Ordonnance de Blois : Création des registres de mariage, décès et publication des bans
o       1582 - Le Calendrier Grégorien remplace le Calendrier Julien : le 9 décembre est suivi du 20 décembre
o       1667 - Ordonnance de St-Germain-en-Laye (Code Louis) : Tenue des registres en deux exemplaires dont l'un est déposé un au greffe - Uniformisation de la rédaction des actes - Signature des parrain et marraine pour les baptêmes, des conjoints et des témoins pour les mariages et de deux des parents pour les sépultures.
o       1674 - Tenue des registres sur papier timbré.
o       1685 - Révocation de l'Edit de Nantes, suppression des registres protestants.
o       1736 - Déclaration royale: Les deux registres ont un caractère authentique et doivent êtres signés par les deux parties.
o       1787 - Édit de tolérance: Rétablissement des registres protestants.
o       1792 - 20/25 septembre: Création de l'Etat civil moderne : La tenue des registres est enlevée aux prêtres et remise aux Municipalités  -  Création des tables annuelles et décennales  -  Mention des profession, âge et domicile des défunts sur les actes  de décès.
o       1793 - 24 novembre: Entrée en vigueur du Calendrier républicain
o       1798 - du 22 septembre au 26 juillet 1800 (1er vendémiaire an 7 au 7 thermidor an 8): mariages au chef lieu de canton
o       1800 - Indication du lieu de naissance et de la filiation du défunt sur les actes de décès
o       1806 - Retour au Calendrier Grégorien
o       1816 - Suppression du divorce
o       1876 - Création du Livret de famille
o       1884 - Rétablissement du divorce
o       1886 - Mention des divorces en marge des actes de mariage et de naissance
o       1897 - Mention des mariages et légitimations en marge des actes de naissance
o       1923 - Mention des dates et lieux de naissance des parents sur les actes de naissance des enfants
o       1927 - Suppression des registres de publication de mariage
o       1945 - Mention du décès en marge de l'acte de naissance
o       1955 - Mention de l'adoption en marge des actes de naissance
o       1989 - Suppression des mentions marginales sur les exemplaires des actes détenus par les greffes

ethnonyme (ou gentilé): nom des habitants d'une ville, d'une région ou d'un pays.

étymologie : étude de l'origine et de la filiation des mots, fondée sur des lois phonétiques et sémantiques, et tenant compte de l'environnement historique, géographique et social.

événement d'état civil : événement qui est à l'origine de l'état civil d'une personne: la naissance, le mariage, le décès, l'adoption, le divorce, ...

exogamie : situation où les mariages se font exclusivement ou surtout avec des personnes extérieures au groupe d'appartenance. mariage en dehors du groupe de parenté

extrait d'acte : reproduction textuelle et partielle d'une source

famille nucléaire : couple marié et sa progéniture

famille étendue : plusieurs couples mariés apparentés sous l’autorité d’un même chef de famille

famille élargie : famille étendue plus d’autres personnes non apparentées vivant sous l’autorité d’un chef de famille

feu : synonyme de ménage, foyer, famille. Avant la Révolution désigne les personnes vivant autour du feu dont les domestiques. Les recensements se faisaient par feu et non par personne.

FFG : Fédération Française de Généalogie.

fiche familiale d'état civil / fiche individuelle d'état civil : servait à justifier son état civil ou familiale dans les démarches administratives (suppression de ces fiches par décret du 26 décembre 2000).

filiation : lien de parenté unissant deux personnes dont l'une a été procréée par l'autre

filleul(e) : baptisé(e), par rapport à son parrain ou à sa marraine

fonds : ensemble des documents d'archives conservés dans un dépôt, des livres conservés dans une bibliothèque, ...

fratrie : ensemble des frères et soeurs

frère germain : même père, même mère

frère utérin : même mère

frère consanguin : même père

GEDCOM : acronyme de Genealogical Data Communication. Format normalisé de fichier de données facilitant le passage d'un logiciel de généalogie à l'autre.

gendre : époux de la fille

               

généalogie : discipline qui a pour objet la connaissance de la parenté existant entre les individus ou dénombrement des ancêtres de quelqu'un ou science qui recherche l'origine et la filiation des familles ( de génos - race - ou généa - origine - et logos - science -)

généalogie ascendante : recherche des ancêtres d'une personne.

généalogie descendante : recensement des descendants d'un individu précis (généralement un ancêtre). (dans ce cas et contrairement à la généalogie ascendante : il est impossible de prévoir le nombre de descendants)

généalogiste : celui qui établit des généalogies. On parle de généalogistes professionnels et de généalogistes amateurs.

génération : désigne les personnes qui ont un même degré de filiation par rapport à un ancêtre commun. Désigne également l'intervalle (le nombre de rang) qui sépare deux individus (environ 25/30 ans en moyenne entre deux générations).

génétique : science des caractères héréditaires d'un individu liés aux gènes

germain, germaine : à l'origine, désigne les enfants nés des mêmes père et mère (frères germains, opposés à utérins et à consanguin). Puis, qualifie couramment les cousins qui ont au moins un aïeul en commun (cousins germains).

gentilé (voir ethnonyme) : nom des habitants d'une ville, d'une région ou d'un pays.

grosse : copie d'un acte notarié destinée à l'une des parties concernées

héraldique : science des blasons et armoiries. Toute famille peut posséder son blason (recherchez déjà si votre famille n'en possède pas un). Les seules contraintes sont qu'un blason doit être unique (il ne faut pas que ce blason soit déjà utilisé par une autre famille) et qu'il y a des règles précises de dessin.

hérédité : transmission des caractères d'un être à sa descendance

héritier : celui qui reçoit un bien ou un titre par succession

historiographe : celui qui écrit l'histoire de son temps ou de sa région, ou de ses contemporains

homogamie : individus qui s'accouplent en ayant un certain degré de ressemblance (même milieu social par exemple) (contraire : hétérogamie)

homonymie : identité de la désignation de personnes différentes

honorable homme : Titre que l'on donne dans les contrats à ceux qui n'en ont point d'autres, et qui n'ont ni charge ni Seigneurie qui leur donne une distinction particulière. C'est celle que prennent les petits bourgeois, les Marchands, et les Artisans. Ce titre est à présent avili, et est en quelque façon opposé à noblesse. Il se donnait quelquefois à ceux qui avoient passé par les Magistratures, qu'on appelait personnes honorables, de même que ceux dont il est fait mention dans le Code Théodosien, de comitibus vacantibus, qui sont maintenant nos Vétérans ou Conseillers honoraires (Source : Dictionnaire de Furetière (1690))

immigration : migration d'une personne depuis l'extérieur vers une circonscription administrative donnée

implexe : rapport entre le nombre réel et le nombre théorique d'ancêtres, généralement inférieur à 1 à cause des mariages entre branches d'un même arbre ascendant.

Ex : dans une situation courante un individu a 8 arrière-grand-parents distincts. dans un cas d'implexe il va n'en avoir que 6 parce que cet individu a des parents qui sont cousins germains et donc des grand-parents [par des branches différentes] qui sont frères et sœurs.
Un implexe résulte d'une consanguinité entre deux époux. Ils ont deux ou plus d'ancêtres communs et donc cela diminue le nombre théorique d'ancêtres à découvrir.

inceste : union de personnes apparentées à un degré entraînant la prohibition juridique du mariage et conclue sans dispense de parenté au mariage. relation sexuelle prohibée entre individus apparentés à un degré qui interdit leur union ou appartenant à un groupe à l’intérieur duquel toute relation sexuelle ou tout mariage est condamné

information :
information absente : absence de renseignement en rapport avec le fait à prouver
information adéquate : information à la fois crédible et précise
information explicite : énoncé du fait à prouver lui-même
information implicite : énoncé d'un fait autre que le fait à prouver, mais où le fait énoncé permet de déduire sans ambiguïté le fait à prouver
information imprécise : énoncé d'un fait autre que le fait à prouver et où le fait énoncé ne permet pas de déduire sans ambiguïté le fait à prouver
information inadéquate : information qui présente un défaut de crédibilité ou de précision
information précise : énoncé sans équivoque du fait à prouver

insinuation : Enregistrement d'un acte sous l'Ancien régime dès qu'il comporte une donation entre vifs, ce qui explique le faible pourcentage d'actes insinué. Ainsi un contrat de mariage où un parent (autre que père et mère) fait don d'un bien (autre que la dot) à un des deux époux doit être insinué, c'est à dire inscrit sur un registre officiel, en général tenu au greffe de la sénéchaussée dont dépendait le bien donné (et non la demeure des gens). Il en va de même pour les donations, évidemment, et quelques testaments, ainsi que quelques baux à fermage qu'on voulait garantir. Cette insinuation permettait de limiter les fraudes et d'assurer la validité, l'authenticité et la publicité (au sens premier de rendre public) de l'acte. En principe le greffier de l'insinuation devait retranscrire l'intégralité de l'acte. Utile pour les généalogistes quand les minutes du notaire ont disparu.
Conservés en série B (archives judiciaires) des Archives départementales, car ils faisaient partie des documents des sénéchaussées. La période concernée va théoriquement d'août 1539 (création par l'ordonnance royale de Villers-Cotterets) à 1791 ou 1792, avec quelques accidents entre 1700 et 1730 (réorganisation du système).

intestat qui n'a pas fait de testament.

inventaire après décès : liste des biens d'un défunt en vue de sa succession.

légitime : voir enfant légitime

liasse : ensemble de document (registres, dossiers) archivés ensemble et permettant leurs manipulations lors de l'archivage.

lieu : portion déterminée d'un territoire

lieu approximatif : lieu d'événement vraisemblable et déterminé au moyen de l'information présente dans des documents autres qu'un document de preuve par le fait

lieu d'enregistrement : la plus petite subdivision territoriale pour laquelle l'autorité compétente a désigné un rédacteur d'acte

lieu d'événement : lieu où est survenu l'événement auquel la personne a été associée

lieu de résidence : lieu ordinaire d'habitation d'une personne

lieu de survenance : voir lieu d'événement

lieu-dit : lieu nommé par la coutume locale, mais non reconnu par l'autorité compétente

lieu précis : lieu correspondant à la plus petite subdivision administrative

lieu présumé : lieu approximatif traité comme auxiliaire d'enquête

lignage : ensemble des personnes issues en ligne directe d'une même souche. groupe de descendant dont les membres peuvent définir leurs liens de parenté à partir d’un ancêtre commun

ligne directe : lignée verticale entre différentes générations, fils, père, grand-père, arrière grand-père...

ligne collatérale : frères et sœurs et leurs ascendants ou descendants.

liste éclair : liste de patronymes étudiée par un généalogiste (généralement avec dates et lieux)

livret de famille : institué en 1877, c'est à partir de ce moment que les variations d'écritures des patronymes ont disparues, les déclarants produisant une pièce écrite.
Trois générations sur un seul document. Il a généralement été conservé par un membre de la famille. Il est délivré par la Mairie au moment du mariage. La première page donne les renseignements complets sur les époux : date et lieu de mariage, nom et prénoms, professions, domicile, mentions « Veuf ou Veuve de... »
Les noms et prénoms des parents des époux avec la mention décédé(e) si c'est le cas.
Mention possible du contrat de mariage
Au dos, les décès des époux doivent y être indiqués avec la mention de la date et du lieu. Les pages suivantes sont consacrées aux enfants issus du mariage avec nom, prénoms, date et lieu de naissance, date et lieu du décès (souvent pour les enfants décédés en bas âge)

livret militaire : il donne l'état civil complet (date et lieu de naissance, parents, domicile...), des indications sur la carrière militaire de la personne : service militaire, participation à une guerre, blessures, décorations et parfois une description physique.

 
Retour en haut de page, cliquez ici     

 

 

Convertisseur de dates - Lexique  - Visiter l'arbre  - Fiches individuelles  - Vers la lignée Maréchal  - Qu'est la Généalogie ?  - Nous contacter  - Liens